Sylvie est une personne de moins de 60 ans en situation de Handicap. Elle doit changer de fauteuil, en effet, les coûts de réparation de son modèle actuel sont trop importants.

Une prescription est faite par la Médecine Préventive et de Rééducation.   Son fauteuil neuf coûte 7390€ ; La prise en charge par la Sécurité Sociale est de 3487€, la mutuelle Santé de Sylvie n’ajoute rien et Sylvie n’a pas accès à des financements supplémentaires. Il lui reste 3903€ à régler. Montant important qui remet en cause l’acquisition du fauteuil.

Sylvie choisi un fauteuil d’une gamme supérieure à ENVIE Autonomie 35, à RENNES, qui après les adaptations et réglages nécessaires lui est vendu à 2200€ avec toutes les garanties et conformités réglementaires.

La CPAM de l’Ille et Vilaine accepte de financer 100% de l’acquisition. La caisse fait une économie de 1287€ soit 37% et Sylvie bénéficie d’un reste à charge de 0€ ;

L’histoire de Sylvie fait partie de la trentaine de dossiers où l’économie circulaire du matériel médical a permis à des personnes sans solution de s’équiper. Mais l’histoire de Sylvie démontre encore une fois que la rénovation des aides techniques est possible et que généraliser l’économie circulaire aux Aides Techniques permettrait de faire beaucoup mieux tout en dépensant moins.

A quand l’ouverture généralisée au financement par les CPAM du matériel médical rénové ?